Skip to content

34.504

L’idée d’un voyage à travers l’Europe est née d’un désir, d’une envie parfois fugace, remise à plus tard par notre « bon sens » qui nous rappelle à nos obligations quotidiennes. Une envie qui faisant son chemin, tape régulièrement l’épaule de celui qui la ressent jusqu’à ce que, fatigué d’y renoncer, il lui cède une place particulière dans sa vie. Il est alors trop tard, le processus était enclenché : impossible pour nous de faire marche arrière.

34.504 kilomètres. Presque la circonférence de notre planète. Il y a tant à voir, à découvrir, à rencontrer. L’Europe rassemble, divise parfois, fait parler d’elle mais comment peut-ont envisager ce continent sans le parcourir ? Certes les grandes villes et axes autoroutiers principaux nous sont familiers et identiques et familiers mais qu’en est-il des campagnes, des terres désertiques, des plaines inondées ou autres Fjords monumentaux ?

Il nous faudra sept mois pour préparer ce qui deviendra l’aventure d’Overland Pilgrims. Nous aurons besoin d’un véhicule capable de parcourir l’impossible, de tenir le choc d’un périple nous menant au-delà de l’inconnu. Un 4×4 fera l’affaire mais pas n’importe lequel. Celui qui mena grand nombre d’explorateurs en Afrique ou en Amérique latine : Le Land Rover Defender. Notre équipée est composée de Marina (ma compagne), Spooky (notre chien) et de moi-même.

Dix mois pour faire un tour d’Europe avec un but unique : Découvrir les facettes cachées d’un continent que l’on croit trop souvent connaître. Tour d’Europe ? Pas si sûr. Notre vieux continent est à bien réfléchir, une parfait condensé des richesses du monde. Cultures, langues, paysages, tout change perpétuellement et nous ramène à l’histoire si vielle de l’Europe, si bien qu’on se confond avec autrui. Nous avons bien plus à partager que ce que les médias Mainstream tentent de faire croire.

Nous voulions confronter notre vision à la réalité des nations européennes. C’est aujourd’hui chose faite. Seules resteront les photographies d’une aventure, qui tenteront humblement de décrire ce que nos yeux ont vus là-bas.